La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié lundi des recommandations sur les facteurs de risque du cancer du sein et a identifié ceux nécessitant un dépistage spécifique. En France, une femme sur 8 sera confrontée au cancer du sein au cours de sa vie.

L’Objectif de la HAS est d’améliorer les pratiques médicales, aider les professionnels à repérer et dépister les femmes à haut risque mais également de lever les idées reçues.

En France, les femmes âgées de 50 à 74 ans sont invitées à participer au programme national de dépistage organisé du cancer du sein et celles porteuses d’une mutation génétique (BRCA1 et 2) bénéficient d’un suivi spécifique défini par l’Institut National du Cancer (INCa).

« Pourtant, d’autres facteurs de risque de cancer du sein existent. Ils peuvent inquiéter les femmes et donner lieu à des pratiques de dépistage hétérogènes », souligne la HAS.

En effet, plus il est détecté tôt et plus un cancer du sein a de chances d’être guéri. Si un dépistage organisé a été mis en place pour l’ensemble des femmes âgées de 50 à 74 ans et que les femmes porteuses d’une mutation génétique (BRCA1 et 2) sont ciblées par des recommandations particulières, la question du dépistage des femmes présentant un autre facteur de risque se pose.

 

« La plupart des facteurs étudiés ne nécessitent pas de dépistage spécifique »

La HAS a ainsi analysé tous les facteurs potentiellement associés au cancer du sein recensés dans la littérature scientifique, puis à déterminé ceux qui nécessitent un dépistage spécifique et enfin, a défini les modalités de dépistage à mettre en place pour chaque situation. La HAS a identifié 69 facteurs de risque présumés. Elle a déterminé, pour chacun, s’ils étaient liés ou non à la survenue du cancer du sein et si oui, le niveau de risque auquel ils étaient associés.

« Ce travail a permis d’écarter des situations pour lesquelles il n’est pas recommandé de dépistage spécifique, autrement dit les femmes concernées par un de ces facteurs de risque n’ont pas besoin d’un dépistage autre que celui proposé à toutes les femmes âgées de 50 à 74 ans et qui consiste en une mammographie tous les 2 ans », souligne la HAS.

Les facteurs de risque écartés par la HAS sont notamment :

– « certains aliments (thé, café, etc.) ou les prothèses en silicone = facteurs de risque prétendus mais dont l’analyse de la littérature montre qu’ils n’en sont pas » ;

– « l’utilisation de déodorants, la taille des seins, une densité mammaire élevée après la ménopause = facteurs de risque pour lesquels les données scientifiques disponibles ne sont pas suffisamment fiables pour les définir comme tels » ;

– « le traitement hormonal substitutif, la prise de contraception hormonale, certaines lésions mammaires, une grossesse tardive, une obésité après la ménopause = facteurs de risque associés à une augmentation modérée voire modeste du risque de survenue du cancer du sein ».

7 situations pour lesquelles un dépistage spécifique est recommandé

La HAS a retenu 7 facteurs de risque qui sont soit associés à une augmentation majeure du risque de survenue du cancer du sein, soit associés à une augmentation modérée voire modeste de ce risque mais liés à un mauvais pronostic du cancer.

Pour ces facteurs, la HAS a approfondi son travail et défini les modalités d’un dépistage spécifique à mettre en place :

– Antécédent personnel de cancer du sein invasif ou de carcinome canalaire in situ ;
– Antécédent d’hyperplasie canalaire atypique, d’hyperplasie lobulaire atypique ou de carcinome lobulaire in situ ;
– Antécédent de radiothérapie thoracique (irradiation thoracique médicale à haute dose pour maladie de Hodgkin) ;
– Antécédents familiaux de cancer du sein avec score d’indication à la consultation d’oncogénétique ≥ 3 selon le score d’Eisinger* en l’absence de mutation génétique identifiée dans la famille.

Pour chacun de ces facteurs de risque, la HAS a précisé l’âge de début du dépistage ; les examens de dépistage à mettre en œuvre ; la fréquence des examens de dépistage ; la durée du suivi spécifique.

Améliorer les pratiques

 L’enjeu de ces recommandations est d’améliorer et d’homogénéiser les pratiques de dépistage chez ces femmes, notamment afin d’éviter des examens radiologiques trop fréquents, trop rapprochés, ou à un âge trop jeune. Toutes les femmes qui ne sont pas concernées par le dépistage spécifique sont invitées à participer au dépistage organisé, à partir de l’âge de 50 ans et jusqu’à 74 ans.

*Score d’Eisinger : score obtenu après analyse de l’arbre généalogique et de l’histoire familiale permettant d’évaluer la nécessité d’une consultation avec un oncogénéticien.

 Consulter le question / réponses sur le site de la HAS

 Source : HAS

Rendez-vous sur Hellocoton !

A Lire également

Cancer du col de l’utérus : une campagne pour sens... Pour sensibiliser les femmes à l’importance de la prévention et du dépistage du cancer du col de l’utérus, l’INCa lancera une campagne d’information a...
Octobre rose : 6ème édition du Ruban de l’Espoir... Du 28 septembre au 27 octobre 2013, le Collectif K, qui réunit 20 associations de soutien aux malades du cancer, organise la 6ème édition du Ruban de ...
Cancer: une campagne pour « changer le regard des ... L'Institut National du Cancer et le ministère chargé de la Santé lancent une campagne au ton inédit pour faire changer le regard des Français sur les ...
Cancer: mieux comprendre les essais cliniques La Fondation ARC pour la recherche sur le cancer souhaite aider les malades et leur entourage à mieux comprendre les essais cliniques en cancérologie....
Cancer colorectal et mélanome cutané : deux guides... Chaque année, le cancer colorectal touche plus de 37 000 nouvelles personnes et le mélanome cutané plus de 7 300. La Haute Autorité de Santé (HAS) et ...
Semaine du dépistage rapide VIH A l'occasion de la semaine du dépistage du VIH du 23 au 29 septembre, professionnels de santé et élus municipaux de Paris soutiennent l’opération « Fl...
Cancers : des traitements sur mesure adaptés à not... Personnaliser le plus possible les traitements contre le cancer afin d’améliorer leur efficacité est l’ambition poursuivie par les chercheurs de l’Uni...
Une nouvelle collection de publications pour “Mieu... La Fondation ARC pour la recherche sur  le cancer édite une nouvelle collection de publications intitulée  « Mieux vivre », conçue  en collaboration a...
30 000 sourires contre le cancer Save the date : Du 6 octobre au 14 décembre 2014, Sigvaris lance l’opération « 30 000 sourires contre le cancer » à l’occasion de ses 150 ans. Objecti...
Cancer colorectal : nouvelle campagne sur le dépis... La campagne qui députe à partir du 2 novembre dans la presse et sur le web pour une durée d’un mois, revient sur le message suivant : « le cancer colo...
« Le Cancer du Sein, Parlons-En ! » aussi avec un ... Le chargeur mobile CL51 Ruban Rose et sa finition glossy s’habille du célèbre ruban rose pour soutenir « Le Cancer du Sein, Parlons-En ! ». PNY revers...
L’Institut Curie, centre de référence européen pou... L’Institut Curie et le Centre René Huguenin ont annoncé mardi leur décision de fusionner à partir du 1er janvier 2010. Un rapprochement qui a pour ob...
Les vitamines peuvent-elles prolonger la vie ? Pos... Les vitamines antioxydatives - comme les vitamines C et E ainsi que la provitamine A (bétacarotène) - peuvent-elles prévenir les cancers et autres mal...
Cancer du sein : l’ARC fait le point sur les nouve... Aujourd’hui, le cancer du sein est l’un des cancers pour lequel le taux de survie est le plus élevé, on guérit plus de 70% des cancers du sein. Ceci e...
Hôpital: des délais de consultations trop longs se... « Difficile aujourd’hui de rencontrer rapidement un spécialiste à l’hôpital », estime à l'issue de son enquête le magazine 60 Millions de consommateur...
Cancer : les malades sont-ils bien informés ? Selon une enquête menée en France auprès de 4000 personnes auxquelles on a diagnostiqué un cancer, un quart de ces patients ont eu besoin d'autres sou...