Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, a annoncé la mise en place d’un troisième  programme national de dépistage organisé du cancer : le dépistage du cancer du col de l’utérus.

La ministre a ainsi annoncé la mise en place de ce programme comme elle s’y était engagée en mars 2018 dans le cadre des Priorités de Prévention et conformément aux préconisations du plan cancer 2014-2019.

Concrètement, chaque femme de 25 à 65 ans va désormais bénéficier d’un dépistage régulier du cancer du col utérin. Les femmes qui n’ont pas réalisé de frottis du col de l’utérus dans les 3 années précédentes vont être invitées, par courrier, à se rendre chez un médecin ou une sage-femme pour effectuer l’examen. Ce frottis sera pris en charge à 100% par l’Assurance maladie.

Plus de 1 100 femmes meurent chaque année de ce cancer, l’un des seuls pour lequel le pronostic se dégrade en France, avec un taux de survie à 5 ans après le diagnostic qui s’est réduit de 68 % en 1989-93 à 62 % en 2005-10.

Près de 3 000 cas de cancers du col utérin sont diagnostiqués chaque année.  Beaucoup de femmes ne bénéficient actuellement pas de ce dépistage, principalement dans les populations les plus vulnérables. Pour ce cancer, le niveau socioéconomique a un impact démontré sur la mortalité.

Pour prévenir le cancer du col de l’utérus, des moyens importants ont été mises en œuvre : un examen de dépistage, le frottis du col de l’utérus, à partir de 25 ans, qui permet de dépister des lésions précancéreuses et des cancers à un stade permettant plus facilement la guérison et un vaccin avant 19 ans contre le principal facteur de risque de ce cancer, le papillomavirus.

Ce programme de dépistage organisé est le troisième  programme de dépistage organisé de cancers en France. En effet, pour certains cancers, un dépistage avant l’apparition de symptômes est possible et permet même parfois de détecter et de traiter des lésions précancéreuses. Deux programmes existent déjà : le programme de dépistage du cancer du sein qui s’adresse aux femmes entre 50 et 74 ans, depuis 2004 et le programme de dépistage du cancer colorectal qui s’adresse aux femmes et aux hommes entre 50 et 74 ans, depuis 2009.

Les bénéfices attendus en termes de santé publique sont importants : des lésions diagnostiquées plus tôt, ce sont des traitements moins lourds et des cancers évités.

Pour en savoir plus : Arrêté du 4 mai 2018 relatif à l’organisation du dépistage organisé du cancer du col de l’utérus

Source : Ministère de la Santé

A Lire également

Sida : une campagne ludique pour favoriser le dépi... A l’occasion du Sidaction, du 27 au 29 mars 2015, le laboratoire Janssen, rappelle l'existence de sa campagne virale "Clic'n test". Cette campagne, lu...
Cancer : les hôpitaux de Marseille décrypte le par... Pour mieux comprendre le parcours de soins d'un malade atteint d'un cancer, les hôpitaux de Marseille ont enregistrés une série de vidéos à destinatio...
Prédispositions génétiques au cancer du sein : un ... Un nouveau test en cours de développement pourrait être utilisé comme un complément indispensable aux méthodes actuelles de dépistage, selon les résul...
Mort subite du jeune adulte : un meilleur dépistag... En France, 40 000 personnes décèdent de mort subite par an, soit 10 fois plus que les accidents de la route. Lorsqu'un jeune adulte décède d’une mort ...
Risques solaires et cancers : les gestes de préven... Selon les données du Baromètre Cancer 2015* publiées par Santé publique France et l’Institut national du cancer, si 9 personnes sur 10 ont la convicti...
Maladies graves : le nombre des « affections longu... 8,3 millions de personnes bénéficient du régime des affections de longue durée -ALD- (cancer, diabète, etc.) soit 280.000 de plus en un an. Préoccupé ...
Une nouvelle collection de publications pour “Mieu... La Fondation ARC pour la recherche sur  le cancer édite une nouvelle collection de publications intitulée  « Mieux vivre », conçue  en collaboration a...
Les Français ne prennent plus leur santé en main ?... Selon un Baromètre BVA/APRIL*, les Français semblent de moins en moins acteurs de leur santé. Cette année, 8 Français sur 10 pensent que leur état de ...
Cancer : 68 % de survie en plus avec l’Accompagnem... "68 % de survie en plus avec l’Accompagnement Thérapeutique : une molécule chimique capable d’obtenir de tels résultats bouleverserait le paysage de l...
Cancer: une protéine pourrait prévenir l’app... Une équipe de l’Institut suisse de recherche expérimentale contre le cancer (ISREC), à l’EPFL, est parvenue à identifier une protéine jouant un rôle d...
Les vitamines peuvent-elles prolonger la vie ? Pos... Les vitamines antioxydatives - comme les vitamines C et E ainsi que la provitamine A (bétacarotène) - peuvent-elles prévenir les cancers et autres mal...
Un guide pour mieux comprendre le lymphome hodgkin... L'Institut national du cancer (INCa) et l'association France Lymphome Espoir (FLE) viennent d'actualiser le guide « Comprendre le lymphome hodgkinien»...
« Soirée d’Amélie » Mauresmo contre le cance... Assistez à la grande Soirée d'Amélie Mauresmo et la Ligue contre le Cancer à l'occasion du 22 ème Open GDF-Suez ! Les plus célèbres joueurs de tennis ...
Cancer du sein: le soja perturberait le traitement... Selon les résultats d’une étude ont été présentés à la conférence sur le cancer (AACR) de Chicago, la consommation de soja pourrait induire des risque...
Octobre rose 2013 : mobilisation en faveur du dépi... Octobre rose est le mois de mobilisation nationale contre le cancer du sein avec des actions organisées en région et une mobilisation de toutes les as...
Cancers en France : l’INCa publie son état des lie... Alors que se déroule la journée mondiale contre le cancer, l’Institut National du Cancer (INCa) vient de publier son bilan annuel sur les cancers en F...