Selon les chiffres communiqués hier par l’Assurance maladie, plus des trois-quarts des hommes âgés de plus de 75 ans ont réalisé au moins un dépistage par dosage de l’antigène spécifique prostatique (PSA) du cancer de la prostate en France entre 2008 et 2010.  On recense plus plus de 71.000 nouveaux cas de cancer de la prostate en France en 2010.

La publication de ces chiffres intervient alors que dans un rapport publié  mercredi 4 avril, la Haute Autorité de Santé (HAS) a estimé que le dépistage systématique du cancer de la prostate ne présentait aucun intérêt dans les populations à risque de même que dans la
population générale.

« En France, la pratique d’un dépistage de masse existe dans les faits, même si elle n’est pas recommandée. Cette pratique persiste après 75 ans, à un âge où aucune étude n’a montré le rapport bénéfice/risque favorable d’un dépistage de masse. (…) Le taux de dépistage du cancer de la prostate, dont le dépistage systématique n’est pas recommandé, est même plus élevé que le taux de participation aux campagnes de dépistage du cancer du sein et du cancer colorectal », indique l’Assurance maladie.

Ainsi, le taux d’hommes de plus de 75 ans ayant réalisé au moins un dépistage du cancer de la prostate est plus élevé dans l’Hexagone que dans de nombreux autres pays (Etats-Unis, Royaume-Uni, Suède). Autre donnée enfin, ce sont les  habitants du sud de la France, notamment ceux de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et d’Aquitaine, qui ont le plus recours aux dosages de PSA, que les habitants.

Un « examen qui n’est pas sans conséquence »
Suite à des tests PSA, 91.600 hommes pratiquent chaque année des biopsies, « examen qui n’est pas sans conséquence » avec des risques d’hémorragie, d’infection ou de rétention urinaire pour confirmer le diagnostic, puis 62.500 suivent un traitement par chirurgie, chimiothérapie et/ou radiothérapie, indique encore l’étude. La fréquence du cancer de la prostate s’élève fortement avec l’âge : on estime que 70% des hommes de plus de 80 ans ont un cancer de la prostate, mais généralement sans signe clinique particulier.

Source : Assurance maladie

Rendez-vous sur Hellocoton !

A Lire également

Cancer de la prostate : une BD contre les tabous Le cancer de la prostate engendre souvent chez l’homme un sentiment douloureux d’atteinte corporelle qui inclut une souffrance intime et un malaise qu...
Cancer de la prostate: la HAS défavorable au dépis... Comme elle l'avait conclue pour la population générale en 2010, la Haute Autorité de Santé (HAS) considère qu'il n'existe pas de preuve de l'intérêt d...
Cancer de la Prostate: une journée nationale d&rsq... La 8ème Journée Nationale de la Prostate aura lieu le 20 septembre 2012. Cette année, l’Association Française d’Urologie (AFU) a choisi de mettre une ...
Incontinence urinaire : la bandelette, une nouvell... Le CHU-Hôpitaux de Rouen a développé une technique innovante dans le traitement de l'incontinence urinaire masculine : les bandelettes sous-uréthérale...
Prostate : l’AFU organise un chat Facebook pour in... À l’occasion de la 13ème Journée Européenne de la Prostate (le 20 septembre prochain), l’Association Française d’Urologie lance un chat Facebook dédié...