La nouvelle ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé mercredi qu’un décret actuellement en préparation prévoit de durcir la réglementation des cabines de bronzage artificiel. Une annonce qui intervient alors qu’une étude révèle mercredi que les cabines à UV seraient responsables en France de 19 à 76 décès annuels par cancer de la peau.

Selon la ministre, le projet de décret entend « mieux protéger les utilisateurs en encadrant plus strictement l’utilisation de ces appareils » en obligeant notamment les centres de bronzage à proposer « gratuitement » des lunettes de protection à leurs clients. Autre obligation, l’affichage des risques pour la santé des UV artificiels dans les centres de bronzage et sur les appareils eux-mêmes. Enfin, le gouvernement réfléchit aux moyens de restreindre la possibilité d’acheter via Internet des appareils UV (lampes à bronzer, etc.) par le grand public.

 L’étude publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) souligne que « même si les UV artificiels ne sont responsables que d’une part modeste du nombre de mélanomes cutanés, en termes d’incidence et mortalité, la pratique du bronzage en cabine, dont la finalité est uniquement esthétique, est responsable de 100 à 350 nouveaux cas incidents annuels de ce cancer cutané très dangereux ». Selon les différents scénarios utilisés par ces chercheurs de l’Ipri, de l’INVS et de l’INPES, « entre 91 et 350 cas annuels » de mélanomes « sont attribuables aux cabines de bronzage ».

Une enquête, réalisée en 2010 auprès d’un échantillon de 3.359 personnes, révèle que 3,5% des personnes de 15 à 75 ans déclarent avoir fait au moins une séance de bronzage artificiel au cours des 12 derniers mois, selon des données diffusées dans le même BEH.

Source  : AFP et BEH

Rendez-vous sur Hellocoton !