24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

Benzodiazépines: une solution utile mais temporaire dans l’anxiété, estime la HAS

Environ 7 millions de personnes auraient consommé des benzodiazépines anxiolytiques en 2014 en France dont 16 % en traitement chronique (plusieurs années). La Haute Autorité de Santé (HAS) vient de décider de maintenir un intérêt thérapeutique important pour ces produits, soulignant qu’ils restent « une solution temporaire » du fait de leur effets indésirables et du risque de dépendance lors de leur utilisation prolongée.

 « Efficaces sur une courte période, la Commission de la Transparence a estimé que leur intérêt thérapeutique était toujours important. Cet avis est une recommandation au maintien du taux de remboursement à 65% », a annoncé la HAS dans un communiqué.

La Commission de la Transparence a ainsi réévalué l’intérêt thérapeutique des benzodiazépines utilisées dans cette indication : alprazolam (XANAX), bromazépam (LEXOMIL), clobazam (URBANYL), clorazépate (TRANXENE), clotiazépam (VERATRAN), diazépam (VALIUM), loflazépate (VICTAN), lorazépam (TEMESTA), nordazépam (NORDAZ), oxazépam (SERESTA), prazépam (LYSANXIA) et leurs génériques.

« Toutefois les nombreux effets indésirables de ces produits (troubles de la vigilance, chutes, troubles de la mémoire…) et leur utilisation parfois prolongée, exposant au risque de dépendance », ont ainsi mené la HAS à publier parallèlement une fiche mémo pour aider les médecins à réduire les prescriptions au long cours des benzodiazépines, que ce soit dans l’anxiété ou dans l’insomnie.

Une consommation chronique encore trop fréquente

« De façon générale, les benzodiazépines anxiolytiques sont efficaces à court terme (8 à 12 semaines) mais leurs effets indésirables et le risque de dépendance qu’elles induisent doivent conduire à inscrire leur prescription dans une stratégie à court terme, soit dans un contexte de crise aigüe d’angoisse, soit en seconde intention dans les troubles anxieux ou les troubles de l’adaptation. », estime ainsi la HAS.
« Il est donc important que dès l’instauration d’un traitement par benzodiazépines dans la prise en charge de l’anxiété comme dans celle de l’insomnie, le médecin puisse impliquer le patient dans une démarche d’arrêt de ce traitement. », poursuit-elle.

Pour contribuer à cette démarche, la HAS publie aujourd’hui une fiche dédiée aux modalités d’arrêt des benzodiazépines en population générale. Celle-ci recommande « d’évaluer la dépendance au traitement du patient et son degré d’attachement à ces produits pour décider avec lui d’une stratégie adaptée à sa situation ».

Source : HAS

Rendez-vous sur Hellocoton !

29 juin 2015