24hSanté
Suivez nous sur Twitter !Facebook

Acné de la femme adulte

Après avoir côtoyé de près ou de loin le fléau de l’acné lors de la puberté, beaucoup de femmes pensent être sorties d’affaire. Et pourtant, dans bien des cas, l’acné se manifeste à un âge plus avancé. On l’appelle « acné de la femme adulte ».

41% des femmes âgées de 25 à 45 ans sont concernées par l’acné (1)

Le dermatologue Didier Coustou, l’explique : « L’acné n’est pas une pathologie réservée à l’adolescence. Elle persiste souvent à l’âge adulte, et de plus en plus ces dernières décennies. Dans 20% des cas (2), elle peut même apparaître pour la 1ère fois à l’âge adulte alors qu’elle n’était pas présente auparavant. Les femmes sont plus concernées que les hommes par ce problème : c’est pourquoi on parle d’acné de la femme adulte. »

L’acné de la femme adulte : une pathologie à part entière

Caractéristiques :
L’acné de la femme adulte a été clairement individualisée. Différente de l’acné de l’adolescent (3), elle constitue désormais une forme clinique à part entière.
> une acné légère à modérée (l’acné sévère est plus rare)
> une acné principalement inflammatoire (boutons rouges)
> une localisation sur la zone U du visage, c’est-à-dire le bas du visage (menton, région mandibulaire, région sous maxillaire : cou)
> des marques pigmentaires et des cicatrices.

Des conséquence durables :
Issues de l’inflammation, les marques pigmentaires résiduelles et les cicatrices atrophiques (« en creux ») sont courantes dans l’acné de la femme adulte. Elles concernent plus de 60% des femmes adultes acnéiques (4).

Les facteurs de risques sont multiples et durables

> Terrain familial (hérédité…)
> Perturbations hormonales (règles, grossesse)
> Stress (travail…)
> Hyperséborrhée
> Hygiène de vie (mauvaise alimentation, tabac, alcool, produits cosmétiques non adaptés)

Un impact psychologique indéniable

Les conséquences de l’acné de la femme adulte ne sont pas que visibles. Cette forme d’acné et ses cicatrices ont un impact majeur sur le plan psychologique et sur la qualité de vie des patientes. Ces femmes peuvent effectivement être en détresse devant une pathologie qu’elles croyaient réservée à l’adolescence et qu’elles vivent mal au quotidien.

Une étude épidémiologique rapporte que 75% des femmes adultes concernées sont embarrassées ou frustrées par leur acné, et qu’il existe un lien significatif entre l’acné et certains symptômes de dépression et d’anxiété (5).

Des traitements existent

Même si l’acné de la femme adulte est parfois délicate à traiter, des solutions existent. Les traitements doivent être adaptés à cette population dont la peau est parfois plus sensible que celle des adolescents. Selon les recommandations des autorités de santé européennes, la prise en charge de l’acné de la femme adulte est spécifique et doit être adaptée à sa sévérité et à la
présence de marques résiduelles.

La stratégie thérapeutique repose souvent sur l’association de plusieurs traitements :
> des traitements médicamenteux (per os, topique), reposant principalement sur l’utilisation de rétinoïdes et de l’acide azélaïque. Ce dernier possède en effet un double intérêt par son action sur les lésions inflammatoires, ainsi que sur la prévention et le traitement des marques pigmentaires.
> des peelings et certains traitements par laser, qui peuvent être d’une grande utilité.
> des produits cosmétiques spécifiques, pour une utilisation seule ou associée aux traitements médicamenteux, pour améliorer leur tolérance et leur efficacité.
> un maquillage adapté (non acnéigène) permettant d’améliorer l’aspect esthétique et la qualité de vie des patientes.

Pour changer le quotidien de ces femmes adultes présentant une peau à tendance acnéique, les Laboratoires DUCRAY, déjà leaders avec Keracnyl PP (soin pour peaux à tendance acnéique le plus prescrit par les dermatologues en 2015(6)), créent keracnyl sérum, innovation 2016, aux 3 actions anti-imperfections, anti-marques, anti-âge :
P. acnes est le premier facteur pathogène qui stimule l’hyperséborrhée (peau grasse), l’hyperkératose (obstruction du canal folliculaire) et l’inflammation. Son organisation en biofilm lui confère virulence et protection vis-à-vis des défenses de l’organisme et de certains traitements médicamenteux. Pour lutter contre P. acnes, il faut donc limiter sa prolifération en détruisant le biofilm existant et en empêchant sa formation.
La Myrtacine® est le 1er actif ayant démontré une activité antibactérienne révolutionnaire sur le biofilm de P. acnes:
> favorise la destruction du biofilm de P. acnes, dès 1 minute de contact
> limite la formation du biofilm de P. acnes, jusqu’à 24h.
> permet une synergie d’action avec les traitements médicamenteux en levant
la résistance de P. acnes liée à son organisation en biofilm

Conseils d’utilisation : Appliquer matin et soir, seul ou en association des traitements topiques anti-acnéiques.
Flacon-doseur 30 ml. Prix public conseillé : 16,50 EUR

Sources : (1) Poli F, Dreno B & Verschoore M. An epidemiological study of acne in female adults: results of a survey conducted in France. J Eur Acad Dermatol Venereol 2001;15:541-5.908. (2) Poli F, Dreno B & Verschoore M. An epidemiological study of acne in female adults: results of a survey conducted in France. J Eur Acad Dermatol Venereol 2001;15:541-5.908 (3) Holzmann R, Shakery K. Postadolescent acne in females. Skin Pharmacol Physiol. 2014;27 Suppl 1:3-8. (4) Dréno B, & al. Large-scale international study enhances understanding of an emerging acne population: adult females. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2014 Oct 8. Ahead of print. (5) Tanghetti EA, Kawata AK, Daniels SR, Yeomans K, Burk CT, Callender VD.

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 juillet 2016