Le père d’un bébé de huit mois, mort de déshydratation après avoir été oublié à l’arrière de sa voiture, a été récemment condamné à huit mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Vienne (Isère).

 La Commission de la sécurité des consommateurs (CSC) vient de tirer la sonnette d’alarme après avoir recensé 24 cas d’enfants oubliés -cinq en sont morts- dans des véhicules en France entre juin 2007 et août 2009. Aux Etats-Unis, une trentaine d’enfants mourraient chaque année de ce phénomène appelé « syndrome du bébé oublié ».

 La température d’un véhicule peut augmenter de 10o à 15°C par quart d’heure, ce qui peut provoquer le décès d’un enfant en moins de deux heures. Ces oublis se sont accrus après l’obligation de placer les enfants à l’arrière des voitures.  Pour prévenir ces drames, les solutions techniques sont rares. A ce jour, aucun constructeur automobile ne propose de dispositif d’alerte couplé au véhicule. Ces dispositifs, montés en option, pourraient coûter entre 1 500 et 3 000 € et se déclencheraient parfois de façon intempestive, incitant alors leurs propriétaires à les désactiver.
Dans ce contexte, la CSC invite les pouvoirs publics à lancer des campagnes de prévention sur ce risque, invitant les mutuelles, les sociétés d’assurance, les professionnels de santé et de la petite enfance à s’y associer. Elle invite les parents à être attentifs aux signes de fatigue et de stress qui peuvent provoquer ce genre d’oubli et leur conseille de créer des « pense-bêtes » personnels, en posant par exemple près de l’enfant un objet indispensable à l’adulte : badge d’entrée dans l’entreprise, sac, vêtement, etc.

http://www.securiteconso.org

Rendez-vous sur Hellocoton !